Les masoshistes

Ce que l’on cherche le plus souvent dans la vie : du plaisir, de la joie.. le bonheur ! ;) Par nos actions nous tentons de créer une situation dans laquelle on estime qu’on se sentira bien. Actions et situations souvent parmi celles qui nous ont déjà procurées une forme de « plaisir » dans le passé. C’est le comportement le plus fréquent. Il est rare d’entendre quelqu’un déclarer ouvertement qu’il cherche à se sentir mal… Pourquoi voudrait-on cela ? Ce serait incompréhensible ?…

Hé bien non, pas tant que ça quand on connait le fonctionnement intime de nos sensations, en effet, après avoir « souffert » on va « logiquement » ressentir une forme de bien-être, issue du « ré-équilibrage » tout simplement. Puisque les deux groupes de sensations se « nourrissent » littéralement l’un de l’autre, quand le déséquilibre devient trop grand, un ré-équilibrage en faveur de l’autre groupe est inévitable (et ça marche aussi dans l’autre sens : après une série de grande joie intense on pourra se trouver « contraint » à la colère, la violence ou l’angoisse selon son mode de fonctionnement « habituel »).

Si la souffrance se produit de façon suffisamment rapide et intense le « ré-équilibrage » peut même survenir de façon brutale pendant la séance de « torture », en « rush », ça s’appelle « l’extase masochiste »

Le masochisme devient donc une action en vue de se sentir bien, mais un peu à l’envers, en commençant par de la « peine« , en se « créant un déséquilibre important ». On peut avoir constaté l’effet de ce comportement de façon empirique : « je souffre, mais cela provoque des espèces de bouffées de plaisir et de toute façon « après » je me sens bien… ». (précision : je ne suis pas comme ça, mais étant donné que je suis au courant depuis un moment de la façon dont les sensations fonctionnent je comprends tout à fait le principe évidement)

Ressentir de la peine est un tabou très fort en société, il semble que ce soit même une raison d’exclusion. C’est compréhensible, les humeurs sont très « communicatives », il y a la « contagion émotionnelle », dans les deux sens… Alors on est tenu de donner l’impression de se sentir bien ! (c’est l’inconvénient le plus lourd en société je trouve d’ailleurs, mais encore une fois c’est « compréhensible »..) Les gens qui pratiquent le masochisme en acceptant de se sentir mal (voir très mal) dans un premier temps, non seulement ré-équilibre leur niveau de « joies« / »peines » s’ils étaient en « déséquilibre » de « peine » avant mais en plus ils prennent de « l’avance ». Mais il faut pour cela accepter de souffrir de façon très importante, ce qui n’est pas évident j’imagine…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s