The nightmares

The definition of the wiki is simple and factual : « A nightmare is an unpleasant dream that can cause a strong emotional response from the mind, typically fear but also despair, anxiety and great sadness. »… Anxiety ? « great sadness » !? While sleeping ? How about that ! :)

The state of knowledge on this subject is disparate, we find dozens of explanations, all completely different… I put some of them that I found:

– For Galen, it is a nocturnal asthma (…)
– For Boissier de Sauvages, the anguish of the nightmare is only the consequence of an obstacle to breathing
– For Dubosquet, it is a nervous disease (too strong, all the same are sick! ..)
– For Baillarger Jules, the nightmare is a painful dream (that one is Rantanplan :))
– For Ernest Jones, the nightmare expresses a psychic conflict related to an incestuous desire (…)
– For Michel Collée 1987, the nightmare is related to an unnameable suffering of an alterity that desire arouses, an image that signals the inaccessibility of speech to account for it (humm.. the technique of that one is to make us forget the question :D )

It’s funny at least no ? :) Ok, so, no : the nightmare is one of the notorious symptoms of a significant sensation imbalance, we’ve got them when we are in « lack » of significant amount of « sorrow« . It is a textbook case indeed, it symbolizes by itself all the consequences of the equilibrium constraint

In general we have some control over our feelings, if we « feel bad » we can « hide » it, or « contain » it in a way, but when we sleep this control is « released » and if a large « amount » of « sorrow » has been accumulated and is contained somehow when awake, it « explodes » when we are asleep, when our control is weakened. It wakes us most of the time because we can not feel sensations exceeding a certain threshold when sleeping.

Children of our « modern » societies are the most susceptible to be affected by nightmares, because they have, in general, no reason to feel bad in their nice life. They « have fun » all the time, they play, they don’t really have « real » worries, they are protected, and it’s very good like that. But as a result, they are frequently in a great sensation imbalance, like those Sunday evening for example after having had all that weekend of fun (and not only the children ;) ).

It is with children that we often notes the greatest sensations imbalances, their crying tears are disarming by their lack of « real » of causes, of « explanations »… A little thing will make them sink in a deep sadness incomprehensible for us… Some adults (not necessarily the parents) will get angry by scolding them for crying « without reasons » !… This is one of the most serious mistakes to make with children, it’s terrible to realize that it’s adding pain to someone who already suffers a lot…

Advised parents will know that it is wise in these moments of major crises (such as nightmares, therefore, but not only in fact) to limit their sadness, without hoping to stop it immediately. By a simple presence, taking them in their arms, talking to them, explaining to them that there is nothing to do, and that we understand them, that it is hard yes, but reassure them, and explain that it will pass, because it’s important to teach them how to manage all alone their « sorrow » too. And while waiting we should try to avoid the child to go too far in a strong anguish for example because it mark spirit, especially at this age, and leaves bad traces once an adult, seriously affecting self-confidence for example.

It will be good also later when finished to bounce back on what happened, to continue to explain to them gently, to make small remarks from time to time, on the functioning of our sensations, balance, and all that « equilibrium »… Kids understand right away it’s pretty amazing, much more than all those adults who were cradled with lies based on fairy tales where everyone is happy « forever » at the end…

I said that we can not live sensations exceeding a certain threshold while sleeping, but nevertheless I think that to a certain extent the balance is restored softly during the sleep, but not for « big volumes » therefore, it would be too easy :) ;)

Find a culprit !

Sometime we have good reasons to feel good or bad and we can say that it is because of something that has just happened to us, bad or good news, the simple fact of being Monday morning for Example or simply the weather outside, sunny and rainy. But there are other times where it’s much less obvious.. even not clear at all :s

Generally when we feel good without having any identifiable reason it’s not a problem to us, we just say that life is beautiful, and we take advantage of it ! On the other hand, when we feels bad without having any « obvious » reason, we tends to look for the cause. Indeed we are convinced that our state is the direct result of « something », even if it is unconscious, and of course we think that by « finding » this « thing » we can solve the « problem » and improve our state, stop feeling bad, our ultimate priority in these moments.

But sometimes it’s not easy to find something ! Not easy at all ! Simply because there is NO reason, we are just in imbalance and our bodies/spirit compensates softly, or brutally if the imbalance is too big… But anyway we seeking for a responsible, inside us by introspection, and outside in the world, or both, we suspect, it’s like an investigation… We need to find a culprit !.. absolutely… To have a chance to feel better. It must also be a decent « candidate », we can’t accuse the silent neighbor that we never sees.. whatever.. if he or she has an identifiable « difference », some will not hesitate :(

If we lives with someone we can easily fall into the trap of making him/her responsible in one way or another, we can make some reproach on details, seek the quarrel, disagree with him/her on everything… It is difficult not to be led to destroy something, a relationship, a love, or any other thing when you are in great imbalance

It can take violent forms, some focus on objects, get upset on things they don’t succeed, on their computer :), or less funny some put themselves in a group to discriminate another one weaker and accuse it in hatred and aggression to be responsible… A French song says that we must « put hatred somewhere » but I do not agree, « hate » is far from being the only « way » to « flow out » the « feel bad ».. fortunately.

Among the Bonobos, monkeys very close to us, there is something similar (it almost look like our caricature) :

    The social organization of bonobos in captivity has a peculiarity. The peace of the group is also maintained by the existence of a scapegoat (or pharmakos). When a group of researchers removed a bonobo injured and struck by the other members of the group, an increase in violence and a decrease in sexuality could be noticed. Conversely, when it was re-integrated into the group, the group’s peace was re-established.

We should not blame our-self too much because it is an « instinctive » reaction to look for a culprit, it is « automatic », primitive, and very difficult to control. Even I, if I get in a great imbalance (which is kind of rare these days), even if I’m very aware that there is nothing to do but to « feel » this pressing « sorrow » and to wait for it to pass, I sometimes find it difficult to reason me, and I sometimes find myself searching among innocent reasons a « responsible » for my « bad » state (it’s so silly, it really annoys me !)

The best proof that a « false guilty thing » has been accused is to realize once the « sorrow » has « passed » that we do not care anymore ! I remember this friend who after a very happy evening party, deeply worried a lot for some friends who just leaved by car (the driver was not drunk), she was imagining the worst scenarios on the road, she was feeling a real « anxiety » and for quite a long time! But the next day… nothing left ! :) She did not even phone to find out if there had a problem, finally she suddenly assumed that everything was all right for them ;) (which was the case ..)

The most classic « false reason » remains in the couple, it is even one of the preconditions in the formation of the couple : to agree on false reasons of argue! A very jealous person will not be able to pair with someone who can not stand jealousy, it’s so obviously that it’s almost silly to say it… A person who becomes violent when he/she is in great imbalance, when he/she has an urgent need for strong « sadness« , will be able to put himself in a couple only with someone who « accepts », or « endures » rather, that :( Whether it is a man or a woman, because men are rather physically violent but there are many women equally extremely violent in their words…

In short, it would be much more objective and it would be much more constructive to identify the « real problems » and find some « good » solutions to them at a time when one would feel good. But.. at this time, we do not want to think about it, at this moment we find that life is beautiful ! ;)

The masochists

What we seeks most often in life: pleasure, joy .. happiness! ;) Through our actions we try to create a situation in which we hope we will feel good. Actions and situations often among those that have already given us a form of « pleasure » in the past. This is the most common behavior. It is rare to hear someone openly declare that he is trying to feel bad … Why would we want this? That would be incomprehensible?

Well, no, not that much when we know the intimate functioning of our sensations, indeed, after having « suffered » we will « logically » feel a form of well-being, resulting from the « re-balancing » quite simply. Since the two groups of sensations literally « feed » each other, when the imbalance becomes too great, a re-balancing in favor of the other group is inevitable (and it also works in the other direction: After a series of intense joy one may find oneself « constrained » to anger, violence or anxiety according to your « usual » mode of operation.)

If the suffering occurs in a sufficiently rapid and intense way, the « re-balancing » can even occur in a brutal way during the session of « torture », in « rush », it is called « masochistic ecstasy » (wiki link in French, did not find the corresponding English one)

Masochism thus becomes an action in order to feel good, but a little upside down, beginning with « pain« , by « creating an important imbalance ». One can have seen the effect of this behavior empirically : « I suffer, but it causes some sort of bursts of pleasure and in any case « after » I feel good… ». (Precision: I’m not like that, but since I’ve been aware for a while of how the sensations work I quite understand the principle obviously)

Feeling bad is a very strong taboo in society, it seems to be even a reason for exclusion. Understandably, the moods are very « communicative », there is the « emotional contagion », in both directions… Then we have a sort of « obligation » to give the impression of feeling good ! (This is the biggest « obligation » in society I think, but again it is « understandable ».) People who practice masochism by accepting to feel bad (even very bad) in a first time, not only « re-balance » their level of « joy« / »sorrow » if they were in « imbalance » of « sorrow » before but in addition they probably « get ahead ». But it requires to accept to suffer a lot, which is not so easy I guess…

La contrainte d’équilibre

Les sensations se divisent en deux groupes bien connus : d’un coté le groupe des sensations qui ont rapport au « bien-être », à différentes intensités, par exemple : le rire, le sourire, la plénitude, la simple bonne humeur, la contemplation jusqu’aux plaisirs physiques. De l’autre coté, le groupe du « mal-être » : tristesse, souffrance, mauvaise humeur ou mélancolie simple, jusqu’aux pleurs et même l’angoisse par exemple.

Il n’y a pas de noms qui désignent précisément ces deux « groupes », et j’utiliserais souvent les mots « joie » ou « bien-être » et « peine » ou « mal-être ». Le vocabulaire me fait un peu défaut ici, mais chacun comprend ce dont il s’agit, un groupe relatifs l’un aux sensations « agréables » et l’autre aux sensations « désagréables ».

On a toujours suposé vrai, sans en avoir la preuve, qu’il était possible de ressentir uniquement les sensations du groupe « agréable » (et donc de ne ressentir aucune sensations du groupe « désagréable ») si les conditions étaient entièrement réunies du point de vue de l’amour, de la famille, des amis, du travail, de la richesse, etc, . Mais il semble que personne n’atteigne ce but…

Pire, tout le monde ressent, de façon chronique, les sensations du groupe « désagréable », et souvent dans des proportions importantes et étranges au regard des conditions de vie « sur le papier » des gens concernés… Même les gens riches, beaux, célèbres et/ou puissant, semblent souffrir, et plus que nous parfois même ! Il suffit de jeter un oeil à la presse people pour voir la catastrophe…

Quelque chose nous échappe donc, nous faisons une erreur quelque part, et c’est forcément sur la « croyance » qu’il est possible de ne ressentir que des sensations d’un des groupe, « agréable » ou « désagréable ».

D’ailleurs on sent tous bien qu’on serait plus proche de la réalité si on partait plutôt du principe qu’on ne peut pas ressentir les sensations d’un des deux groupe, « agréable » ou « désagréable », de façon permanente, et qu’au bout d’un moment, à force de ressentir des sensations d’un de ces groupe on atteint une sorte de « maximum » dans le groupe concerné. Ce qu’on sait moins c’est que le seul moyen de nous redonner la capacité de ressentir a nouveau les sensations du groupe ayant atteint son « maximum » est de ressentir les sensations du groupe opposé.

Une assez bonne analogie de cela est de nous considérer attaché à un élastique : en montant nous ressentons une forme de « bien être » et en descendant une forme de « mal-être ». L’intensité des sensations ressenties dépend de la vitesse à laquelle nous allons dans un sens ou dans l’autre. Mais quand on s’éloigne du centre (où est attaché l’élastique) en montant il se tend et nous attire de plus en plus vers le bas, et nous avons donc de plus en plus tendance à descendre « facilement » ce qui se traduit par une plus grande « sensibilité à la peine ». Dans cet état la moindre « mauvaise nouvelle » déclenche immédiatement de façon importante de la « tristesse » par exemple… Dans l’autre sens si on descend en dessous du « centre », de l’endroit où est attaché l’élastique, il commence à se tendre également, à nous attirer vers le haut et nous avons donc de plus en plus tendance à monter « facilement », ce qui se traduit par une plus grande sensibilité aux « joies », dans cet état la moindre « bonne nouvelle » nous affecte également de façon importante, nous rend instantanément « joyeux » par exemple.

On pourrait donc résumer cela par l’existence d’un lien particulier entre les deux groupes de sensations : notre esprit, notre conscience, a une « contrainte de fonctionnement » plus ou moins « cachée », et on ne peut ressentir les sensations du groupe agréables que dans la même mesure de celles du groupe désagréables, et inversement.

Si un déséquilibre commence à apparaître en faveur d’un des groupes, si on ressent trop les sensations d’un des deux groupe, alors il y a une sorte de « sensibilité » à l’autre groupe qui se développe de plus en plus, à ce moment le moindre événement en rapport avec ce groupe déclenchera alors instantanément la « sensation manquante ». Comme si « l’élastique » s’était tendu et cherchait à revenir à son point d’équilibre.

Enfin si le déséquilibre devient très important, par exemple si vraiment tout est parfait et rien n’arrive de négatif dans notre vie, dans les cas extrêmes de déséquilibre donc, l’esprit deviendra tellement en « manque » et « sensible » qu’il va aller jusqu’à « inventer » quelque chose, de totalement imaginaire, pour ressentir la sensation du groupe manquant. Ce sont les phénomènes d’angoisses par exemple pour la tension extrême vers peine ou d’hystérie pour la tension extrême vers la joie.

Ca parait choquant au premier abord car il y a une telle « culture du bonheur », du toujours souriant, toujours de bonne humeur, que la peine, le mal-être, la souffrance sont presque devenus « tabous », alors les présenter comme des choses « normales », et même les « anticiper » dans le même « volume » que le groupe des sensations agréables, est très.. à contre courant on va dire…

Evidemment la durée ET l’intensité des sensations sont très importantes. Les deux doivent être pris en compte et on aura donc par exemple, une égalité entre « une peine légère etlongue » et « une joie forte et courte ». Ou bien encore l’égalité entre « une peine forte et courte » et « une joie légère et longue ». D’innombrables combinaisons se suivant, provoquées par la vie, le hasard, la chance, la malchance, s’additionnant, se soustrayant, à toutes les intensités, de toutes les durées, mais, avec cette contrainte, une sorte de « tension » qui nous pousse a revenir « vers l’équilibre » quand il y a trop de l’un des deux.

Pourquoi cette « contrainte » ? Je ne sais pas. Que ce soit chimique, ou structurel, mais probablement à cause du mécanisme de fonctionnement intime de la conscience largement méconnu…

Mais avec cette nouvelle idée on comprend « logiquement » de nombreuses choses difficilement explicable comme le masochisme, les cauchemars, le fonctionement des drogues ou l’impossibilité apparente de trouver le bonheur qui occupe nos philosophes depuis des milléaires. Il y a tellement de choses qu’on peut expliquer grâce a ce nouveau point de vue que je n’ai certainement pas épuisé le sujet. Toute la gamme des situations et sentiments humains pourraient y passer je crois…

Je conviens que ce n’est pas très « sexy » comme « idée », et c’est peut-être pour ça que c’est généralement assez mal accepté par les gens qui l’entendent pour la première fois… On a toujours ce petit rêve qui traîne quelque part d’être « heureux à jamais ».. un jour.. comme à la fin des contes de fées… Mais non, ce n’est pas comme ça que ça marche… On s’en doutait un peu.

The equilibrium constraint

The sensations are divided into two well-known groups: on one side the group of sensations that relate to « well-being », at different intensities, for example: laughter, smile, plenitude, simple good humor, contemplation, up to physical pleasure. On the other side, the group of the « unease »: sadness, suffering, bad mood or simple melancholy, crying, up to anguish for example.

There are no names that specifically refer to these two « groups », and I’ll use the general state designation « felling good », « well-being » or « joys » and « felling bad », « sorrow » or « sadness ». The vocabulary is not perfect in that domain, but everyone understands what is it about, a group relating to the « pleasant » sensations and the other to the « unpleasant » sensations.

It has always been assumed to be true (without any proof), that it is possible to feel only the sensations of the « pleasant » group (and therefore to feel no sensations of the « unpleasant » group) if the requirements are fulfilled, in love, family, friends, Work, wealth, etc.. But yet it seems that nobody reaches this point…

Worse, everyone feels the sensations of the « unpleasant » group in a chronic way, and often in important and strange proportions with regard to the living conditions « on paper » of the people concerned … Even the rich, beautiful, famous people and/or powerful, seems to suffer, and even more than us sometimes ! Just take a look at the press people to see the disaster…

So we are obviously missing something, we are making a mistake somewhere, and it is necessarily on the belief that it is possible to feel only sensations of the « nice » group (or only some of the « bad » one).

We all feels well that we would be much closer to the reality if we start from the principle that we can not feel the sensations of a single group, « pleasant » or « unpleasant », permanently, and that after a moment of feeling the sensations of one of these groups we reach a sort of « maximum » in the concerned group. What we may not know is that the only way to restore the ability of feeling again the sensations of that group which have reached its « maximum » is to feel the sensation of the opposite group.

A fairly good analogy of this would be to consider ourselves attached to an elastic band: by going up we feel a form of « well being » and descending a form of « sadness ». The intensity of the sensations felt depends on the speed at which we go in one direction or the other. But when one moves away from the center (where the elastic is attached) it stretches and draws us more and more downwards, and we therefore increasingly tend to descend « easily » what is translated by a greater « sensitivity to sadness », in this state the slightest « bad news » immediately triggers important « bad feeling » immediately … In the other direction if one descends below the « center », where the elastic is attached, it begins to tighten also and we are increasingly inclined to climb « easily », which translates into a greater sensitivity to « joys », in this state any little « good » New « also affects us in an important way, makes us instantly very joyful for example.

We can therefore summarize that by the existence of a particular link between the two groups of sensations: our mind, our consciousness, has a « constraint of functioning » more or less « hidden », and one can not Feel the pleasurable group feelings only to the same extent as those of the unpleasant group, and vice versa.

If an imbalance begins to appear in favor of one of the groups, if one senses too much the sensations of one of the two groups, then there is a kind of « sensitivity » to the other group that develops more and more, then the slightest event related to this group will instantly trigger the « missing sensation ». As if « the elastic » had stretched and tried to return to its point of balance.

Finally, if the imbalance becomes very important, for example if everything is perfect and nothing happens negative in our life, in extreme cases of imbalance so, the mind will become so « lacking » and « sensitive » that it will goes up to « invent » something, totally imaginary, to feel the sensation of the missing group. These are the phenomena of anguish for example for extreme tension toward « sadness » or hysteria for extreme tension toward « joy ».

It seems shocking at first because there is such a « culture of happiness », always smiling, always in good humor, that pain, ill-being, suffering are almost « taboo », then present them as Things « normal », and even « anticipate » them in the same « volume » as the group of pleasant sensations, is very .. against the current one will say …

Obviously the duration AND intensity of the sensations are very important. Both must be taken into account and thus there will be, for example, an equality between « a slight and long » and « a strong and short joy ». Or else the equality between « a sharp and short sentence » and « a light and long joy ». Countless combinations following each other, provoked by life, chance, luck, bad luck, adding up, subtracting, at all intensities, of all duration, but with this constraint, a kind of « tension » which pushes us to return « towards the balance » when there is too much of one of the two .

Why this « constraint »? I don’t know .. Whether it is chemical, or structural, but probably because of the intimate mechanism of functioning of the widely unknown consciousness …

But with that new idea it’s possible to understand « logically » many things that are difficult to explain otherwise, like masochism, the nightmares, the problem with pleasures drugs or the apparent impossibility of finding happiness that keep our philosophers busy for millennia. There is so much that can be explained by this new point of view that I have certainly not exhausted the subject. The whole range of human situations and feelings could pass there I think…

I agree that it’s not very « sexy » as an « idea », and maybe that’s why it’s usually pretty badly accepted by people who hear it for the first time … Always this little dream that drags somewhere to be « happy forever » .. one day .. like at the end of the fairy tales… But no, this not how it work… As one would have suspected.

Joies et peines, avant le début…

par Khalil GIBRAN, dans Le Prophète :

Alors une femme dit :

« – Parle-nous de la Joie et de la Peine »
Et il répondit :
Votre joie est votre tristesse sans masque.
Et ce même puits d’où jaillit votre rire fut souvent rempli de vos larmes.
Comment en serait-il autrement ?
Plus profondément la tristesse creusera dans votre être, plus abondamment vous pourrez le combler de joie.
La coupe fraîche qui contient votre vin n’est-elle pas celle-là même qui fut brûlante dans le four du potier ?
Et le luth qui apaise votre esprit, n’est-il pas ce même bois qui fut taillé à coups de couteau ?
Quand vous éprouvez de la joie, sondez votre coeur et vous trouverez que seul ce qui dans le passé vous a causé de la peine fait à présent votre bonheur.
Dès lors que la tristesse vous envahit, sondez de nouveau votre coeur et vous verrez qu’en vérité vous pleurez sur ce qui autrefois vous a rendu heureux.

Certains d’entre vous disent : « La joie est plus grande que la tristesse », et d’autres de soutenir : « Non, la tristesse est plus grande que la joie. »
Mais moi je vous dis, qu’elles sont inséparables.
Elles marchent ensemble, et quand l’une vient s’attabler seule avec vous, n’oubliez pas que l’autre s’est assoupie sur votre lit.
En vérité vous êtes comme les plateaux d’une balance, oscillant entre votre joie et votre tristesse.
Il faudrait que vous soyez vide pour rester immobile et en équilibre.

Ce texte de Khalil GIBRAN je l’ai connu il y a longtemps, mon père m’avait donné le bouquin à lire lors d’un de mes premiers grands chagrins d’amour :o.. une idée magnifique.

A l’époque je n’ai pas « tout compris » tout de suite, il y a tant d’idée merveilleuses dans ce livre, mais ce texte là m’a probablement « mis sur la voie » pour prendre conscience quelques années plus tard de la contrainte d’équilibre.