Ben et toi alors !?

Comme je le disais dans Eureka quand j’ai découvert cette histoire d’équilibre, passionné par mon nouveau jouet, j’ai commencé à chercher des preuves partout pour vérifier mon idée, et pour ce faire j’en ai parlé à .. TOUT LE MONDE !! :D

Et je continue encore aujourd’hui ! ;)

Alors dernièrement j’ai vu l’histoire d’une personne qui semblait relativement heureuse sur de nombreux plans tous « majeurs », un couple heureux, une relation « par plaisir » avec un amant, le tout bien équilibré donc sans que ça ne fasse de problèmes, de légers inconvénients mais dans l’ensemble une nette dominance de « joies », et je lui ai demandé presque par réflexe : « mais où est-ce que tu vis ta ‘peine’ dans tout ça ? »...

Je dis « presque par réflexe » parce qu’au début quand j’essayais de mieux comprendre ce que je venais de soupçonner j’étais presque content de trouver quelqu’un qui semblait « heureux tout le temps », tout simplement parce que je me disais qu’il y avait un espoir pour moi aussi donc !! :) mais non.. à chaque fois que je « grattais » un peu, (« j’enquêtais » même carrément on pourrait dire à l’époque :) ), invariablement je découvrais quelque chose.. une « face cachée ».. des secrets même...

Ca pouvait être une ambiance ultra merdique à la maison alors que l’homme paraissait super épanoui au boulot, des crises d’angoisses ou des insomnies très pénibles, des femmes insoupçonnables m’ont avouées qu’elles recherchaient clairement des relations sexuelles « violentes » à la limite du « masochisme » presque brutalisée, des tas de mecs supers, vraiment supers sympas, mais qui en privé piquaient parfois des colères de malade à faire peur (surtout après les victoires au football, grandes source de joies, donc de déséquilibres), des femmes ultra possessives et des hommes d’une jalousie maladive, ou l’inverse.. pour d’autre un mal plus physique, souvent chronique, de violents maux de têtes, des problèmes de santé, pas toujours la même partie du corps d’ailleurs mais à chaque fois un truc qui leurs posait un vrai souci..

Bref TOUT LE MONDE avait son truc... :| au début franchement ça ma foutu les boules j’avoue.. c’était la fin du conte de fée.. il y avait bien autant de joies que de peines.. c’était bien comme ça que ça marchait, il n’y avait plus de doute :(

Or donc dernièrement, j’ai demandé à quelqu’un qui semblait relativement heureuse « comment elle vivait sa peine » (alors des fois quand je pose cette question je suis bien reçu hein :evil: faut voir ha ha :D mais bon c’est pas grave, qui ne tente rien n’a rien, et en prenant des risques j’ai appris tellement de choses que je continue !! :) ) mais après :idea: je me suis dis : et si elle me répondait agacée :

« – Ben et toi alors !? tu la vis où ta peine !.. »

:D :) Après que tout ces gens m’aient aidés à mieux comprendre cette histoire d’équilibre en répondant à mes questions, en papotant simplement, ou en se confiant, sur un aspect très personnel, presque tabou même dans nos sociétés occidentales, leurs peines, ce ne serait pas très fair-play de ne pas répondre à mon tour !... Alors voilà :

Avant de découvrir la contrainte d’équilibre et encore un peu après, la plupart du temps je me tapais des angoisses la nuit, je me réveillais et c’était la panique à bord, pour des trucs complètements imaginaires, et plus particulièrement (en substance) « l’infini » ! :D ... Si si, comme je suis un peu passionné de physique depuis tout gamin l’infini de l’espace et du temps ça m’angoisse facilement... Avouez que c’est flippant de toujours pourvoir avancer dans l’espace sans qu’il y ait jamais de « mur » non ?! on peut TOU-JOURS continuer a avancer ça ne s’arrête JA-MAIS !! :O .. non mais je sais pas si vous vous rendez compte !? c’est complètement dingue non ?! :( ... il n’y a PAS DE « FIN » !!.. c’est infini !.. c’est pas POSSIBLE non !?! ... heuu.. bon.. oui enfin... ce.. c’est pas grave hein on s’en fout... ... mais quand même c’est abusé nan !? :D ;)

Bref ma peine « explosait » sur des trucs comme ça quand j’étais en trop grand déséquilibre.. ce qui m’arrivait relativement souvent (je ne sais pas 2 ou 3 fois par mois) car je suis assez « heureux » en fait dans ma vie, au sens où je n’ai pas trop de problèmes, je suis pas trop mal physiquement, mes parents sont des intellos qui m’ont assez bien éduqués, ils m’ont poussé à faire des études donc je trouve du boulot assez facilement, ils ne m’ont pas trop « chargé » en « bidouilles » psychologique.. j’ai eu de la chance quoi, mais du coup j’avais pas grand chose pour focaliser mes peines !

Donc voilà c’était des purs flippes, la nuit sur des sujets dont je n’avais plus rien à foutre un quart d’heure plus tard :) ... D’ailleurs c’est ce qui est incroyable avec les angoisses, c’est une soupape de sécurité super bien foutue pour les grands déséquilibre de peine, mais ça reste quand même bluffant à quel point on peut trouver complètement banal de ce qui nous a fait tant paniquer quelques instants plus tôt !! :O ... franchement c’est délire je trouve.. les cauchemars c’est un peu pareil.. mais j’en ai pas eu trop de ça. Ou alors si mais petit.. ;)

Bien sur aujourd’hui ce n’est plus du tout ça. Avec les années d’observations, à essayer de comprendre, de ressentir ce qu’il se passait, je « sais », je « sens » quand la peine se remplie un peu trop, quand je commence à être un peu trop en déséquilibre, il y a des signes qui ne me trompent plus : si je m’énerve facilement pour le moindre truc qui ne marche pas immédiatement comme je voudrais, si je commence à penser un peu trop à des ex « plus ou moins » récentes, ou aux « problèmes du moments », en gros si mon cerveau commence à essayer un peu trop de « chercher une raison » de peine...

Tout le monde le sent d’ailleurs quand « ça ne va pas bien », mais les gens sont intimement persuadés que c’est bien « à cause » de « quelque chose » qu’ils se sentent mal, même s’il n’y a rien, même si c’est juste un simple déséquilibre comme la plupart du temps... Mais non ils continuent de chercher frénétiquement un « coupable« , tant que ce n’est pas « fini » :| ... Et l’inventivité dont ils font preuve dans ce domaine est tout simplement phénoménale, ça tire littéralement sur tout ce qui bouge : le conjoint, les enfants, les collègues, les étrangers, le mauvais temps, etc etc... phénoménale.. Moi bien sur, quand je sens que « ça ne va pas », non seulement je ne cherche plus de « coupable » mais en plus je disculpe la plupart de ceux qui « essayent de se présenter » (mes ex, mes problèmes, etc..), et bien sur je n’attends plus que ça explose comme dans le bon vieux temps en pleine nuit dans un délire métaphysique, non, je me met en mode .. « peine » !

Qu’est ce que ça veut dire.. ce n’est pas évident à expliquer mais je peux essayer : en fait on a tous une sorte de « système de contrôle » sur nos sensations « dans la tête », on peut nettement « faire pencher la balance de notre humeur » d’un coté ou de l’autre… Par exemple on peut tous plus ou moins se « forcer » à être « joyeux » quand un gros connard bourré te tape dans le dos dans une fête en te disant « – aller quoi !! fait pas la gueeeule !! ha ha ha faut rigoler un peeeu beuarrr !!!!! » :s .. Mais il a un peu raison.. :| on peut en effet se « forcer à rigoler un peu ».. ne serait-ce donc, comme dans ce cas, pour ne pas trop se faire emmerder par les gens « heureux » ! :evil: .. bon c’est juste un exemple hein ça m’est jamais arrivé.. heuu.. où alors il y a longtemps :s ;)

Ce « système de contrôle » de nos sensations est d’ailleurs assez connu, plus ou moins consciemment, c’est ce qui conduit généralement les gens à penser que le bonheur tient simplement à un « état d’esprit », ils pensent qu’en faisant pencher la balance du coté de la joie en permanence on peut être « heureux »… Evidemment ça ne marche pas sur la durée, au bout d’un moment à forcer nos sensations en mode joie, un grand déséquilibre se forme et ça nous explose à la figure (pour être poli ;) ) dans une forme de peine excessive et incontrôlée, au choix : colère, angoisse, violence, destruction :| , etc…

Bref ce « contrôle » existe bien, et il fonctionne dans les deux sens !… On peut aussi se mettre en mode « peine ».. autant qu’en mode « joie »... Et dans mon cas, à force de l’utiliser il est devenu très conscient et très « fonctionnel ». En gros en me concentrant un peu, en fermant les yeux et en « ouvrant les vannes » très rapidement je ressens la « peine en attente »… Alors c’est dur, certes, ça reste de la « vraie » peine, mais c’est « supportable ». Si je le fait trop tard, si j’attend trop, ça peut être un peu plus difficile, mais la plupart du temps comme je m’y prend largement à temps j’ai juste à « lâcher la bride » et à attendre que ça passe comme on dit...

J’essaye de le faire « régulièrement », par exemple au moment de m’endormir, mais pourquoi pas dans le métro aussi... ou en conduisant.. :P nan j’déconne ! :D ;) ... Ca peut durer un quart d’heure environ.. des fois plus, ça dépend bien sur des « joies » qu’il y a eu avant.. je me rappelle d’un week-end de pures folies avec une copine où je vous passe les détails (pas seulement sexuel d’ailleurs) mais j’en ai eu facilement pour deux heures à « récupérer » le soir du retour.. un record !! :o ... Bon j’aurais pu faire passer ça plus tranquillement en restant au calme quelques jours et en écoulant plus doucement cette peine sous forme de « méditation », de peine légère mais plus sur la durée, tout aussi valable, mais je suis plutôt du genre à vouloir en finir une bonne fois pour toute rapidement et passer à autre chose.. à chacun de choisir son truc.

Je me suis souvent demandé si ça pouvait être « mauvais » pour le cerveau, voir dangereux, des niveaux de peine relativement « importants » comme ça, mais non.. ça ne m’a jamais fait de « mal », au contraire, je suis plutôt en excellente santé depuis, jamais malade, même pas un rhume, et je me demande si c’est pas un peu a cause de ça que j’ai arrêté de vieillir :D ;)

Par contre j’ai vu les dégâts que produisait un déséquilibre important plus ou moins permanent sur certaines personnes.. :s c’est moche.. il y a un passage terrible de voyage au bout de la nuit qui parle de ça :

    Et puis à se vanter entre-temps qu’on y est arrivé à s’en débarrasser de sa peine, mais tout le monde sait bien que c’est pas vrai du tout n’est ce pas et qu’on l’a bel et bien gardée entièrement pour soi. Comme on devient de plus en plus laid et répugnant à ce jeu-là en vieillissant, on ne peut même plus la dissimuler sa peine, sa faillite, on finit par en avoir plein la figure de cette sale grimace qui met des vingt ans, des trente ans et davantage à vous remonter enfin du ventre sur la face. C’est à cela que ça sert, à ça seulement, un homme, une grimace, qu’il met toute une vie à se confectionner, et encore qu’il arrive même pas toujours à la terminer tellement qu’elle est lourde et compliquée la grimace qu’il faudrait faire pour exprimer toute sa vraie âme sans rien en perdre.

:O ça tabasse hein ?...

Pour finir j’ajouterais un bémol car ce n’est pas toujours un avantage pour moi de prendre en grande partie « en charge » ma peine dans un monde ou les gens dans une large majorité ne la prenne pas DU TOUT en charge justement.. la plupart des gens pour l’évacuer inventent plus ou moins consciemment des conflits entre eux, disputes, bagarres, colères, agressivité.. avec lesquels je suis un peu en « décalage » on va dire.

Mais heuu.. nan, sinon ça va :) ;)

 
 
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s